5. Fêter et célébrer pendant un voyage de l'espérance

servons la fraternité - voyage de l'espérance

« Partout où l’Homme lève sa coupe de fête pour trinquer à des joies passés, présentes ou à venir, Dieu est présent »

   Harvey Cox - « La fête des fous »

 

5.a La fête

POURQUOI ?

Le voyage, en soi, est une fête. Célébrer la vie, en dépit de la souffrance ou de la mort, c’est une affirmation d’espoir et même de foi. Il est essentiel de permettre l’expression de cette joie en y  consacrant des temps et des moyens.

La fête partagée soude le groupe et permet de faire communauté. Elle est un lieu de communion, une réponse face à l’exclusion.

« La richesse des pauvres est leur capacité à trouver la joie au cœur même de la souffrance, c’est une vraie expérience spirituelle. La joie des pauvres suppose d’assumer leur propre souffrance tout en luttant contre l’injustice qui la provoque. C’est un choix de vie qui vise une autre civilisation : celle de la solidarité » Frère Calixto martinez, Fraternité du Serviteur Souffrant

La fête exprime 3 intentions :

  • Bienvenue
  • Merci
  • Bonne route

COMMENT ?

  • Veillée de bienvenue qui peut s’appuyer sur une présentation des groupes préparée en amont. Expression de la joie de se retrouver.

  • Avoir une chorale, un groupe de musique qui accompagne le voyage, créer un chant.

  • Fêter les anniversaires des membres du groupe, organiser un "merci" pour le site accueillant

Pour une veillée finale

Construire la veillée durant le séjour à partir du vécu du voyage :

  • Permettre des témoignages des participants.
  • Présenter des réalisations artistiques.
  • Dire les découvertes faites au cours du séjour, les valeurs partagées au sein du groupe.
  • Imaginer un geste collectif qui symbolise la fraternité du groupe.
  • Imaginer un geste envers ceux qui ne sont pas là (envoyer des cartes, intentions de prières…).
  • Penser un temps qui envoie vers l’avenir et le quotidien concret de chacun.
  • Importance des danses, chants, etc.

POINTS DE VIGILANCE

  • La fête s’inscrit dans le vivre ensemble et les autres temps de rencontre, elle ne doit pas être artificielle.
  • Elle laisse la place à chacun et permet l’expression de chacun (danses, chants connus de tous…).
  • La fête doit s’appuyer sur les talents des participants.

LOURDES ET LA CITE SAINT PIERRE

Elle peut être un appui fort pour ces temps. Le service Animation doit être prévenu suffisamment à l’avance :

  • Un soir par semaine (ou 2 en été), la Cité anime une soirée avec tous les groupes présents.
  • Le parvis de l’accueil, avec une sono, est mis à disposition pour être un lieu de fête à l’initiative des groupes.

Document complet en pièce jointe

Dossier pédagogique réalisé par l'Aumônerie Nationale, l'Equipe d'Animation Spirituelle et le département Pédagogies d'Animation du Secours Catholique - Caritas France

Ajouter un commentaire