Fiche Expériences partagées - Habitat partagé avec l'association Lazare

La colocation solidaire Lazare entre des jeunes actifs et des personnes qui ont connu la rue. Expérience partagée lors de la 1ère Université de la Solidarité et de la Diaconie à Lourdes en 2017.

 

« La coloc solidaire » avec l’association Lazare

Porteur de l’action

L’association Lazare (loi 1901) anime et développe depuis 2011 des appartements partagés entre des jeunes actifs et des personnes qui ont connu la rue.

Aujourd’hui, l’association est présente à Nantes, Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Angers, Vaumoise (Oise), Madrid (Espagne) et Bruxelles (Belgique).

Objectif

Un toit partagé et des relations fraternelles pour grandir ensemble dans notre humanité et notre foi.

Caractéristiques

Chaque logement est habité par des personnes qui ont vécu à la rue et des jeunes actifs bénévoles.

Le projet est davantage axé sur les moyens (création des conditions du vivre ensemble) que sur des résultats (pas l’objectif à priori).

Il s’agit juste de vivre avec les personnes (accueillies), juste « être là ».

Descriptif de l’expérience

3 principes :

  • Parité (entre personnes « en galère » et « jeunes actifs », 50/50)
  • Sobriété (simplicité)
  • Fraternité

Nombre et composition :

  • 8 à 10 personnes par logement.
  • Une famille, élément stabilisateur, habite le lieu. Importance du lien précarité/famille.

Temps d’engagement :

  • pour les actifs : 1 à 2 ans.
  • pour les personnes en galère : pas de délai à proprement parler (certains peuvent même finir leurs jours dans le lieu).

Règles de la maison :

  • Pas d’alcool ni de stupéfiant.
  • Pas de violence (exclusion possible)
  • Au moins un repas partagé par semaine (tous ensemble)
  • Un petit service à rendre
  • Paiement d’un loyer (adapté en fonction des situations)
  • Pas de TV (éviter l’isolement devant l’écran)

Nouvelle expérience :

Le développement de Lazare en milieu rural est expérimenté (Oise, village de 300 habitants, avec des terres (permaculture, liens avec « Relais », ONF…). Au début, inquiétude des habitants puis acceptation.

Freins

  • La violence : de façon concertée, une exclusion peut être prononcée en cas de violence et/ou de non-respect des règles de la maison.
  • Oui, il y a des ʺrechutesʺ, avec des retours possibles dans l’habitat partagé.

Leviers

  • Lazare anime et développe un réseau important, au service des personnes (associations, TS, administrations…), mais ne gère pas l’accompagnement en direct. Lazare met en lien, mais reste dans la relation ʺgratuiteʺ.
  • Le Conseil d’administration est composé de tous les acteurs du projet (y compris les personnes en galère).

Préconisations et repères pour l’action

  • C’est le fait de ne pas être dans la visée d’objectifs de réinsertion, mais simplement de « vivre » en humanité avec les personnes en galère qui participe à leur évolution et à leur émancipation (pas de pression liée à des objectifs, du type de ce qui se vit dans des structures type CHRS (centre d’Hébergement et de réinsertion sociale) par exemple). Ils ressortent grandis.

Une étude a montré que 40% des personnes accueillies retrouvent un emploi, et 85% un logement pérenne.

  • Souhait de plaidoyer sur le thème « lien famille/précarité » (en cours de réflexion).

Quelques citations

  • « Nous sommes tous accueillants et accueillis » (Lazare)
  • « Ma vie a du prix, vous m’aimez » (Martial, accueilli)
  • « Abattre les murs, construire des ponts » (Pape François)
  • « De quoi les personnes à la rue ont-elles besoin ? D’amour »

(Réponse à la question par une enfant de CE1)

Contacts

Site : http://lazare.eu/nos-maisons/

Adresse mel : loic@lazare.eu

Adresse de correspondance :

Lazare - Chez Dargaud Media

189 rue d’Aubervilliers, CAP 18 – Voie A Porte 11, 75018 Paris

 

Retrouvez la fiche en version PDF, ci-dessous, en pièce-jointe.

Ajouter un commentaire