Fiche Repère pour agir : à propos de l’émission « Paroles de vie »

Lire aussi les réflexions en théologie pastorale à partir de cette émission

Cette émission permet à des personnes marquées par la misère, l’exclusion ou la traversée de grandes épreuves, de faire le récit de leur histoire de vie et d’en témoigner publiquement.

Jean-Marie avait le désir de donner la parole à ces gens qui vivent la précarité et qui sont des personnes extraordinaires. Certitude en lui que ces personnes ont des choses fondamentales à révéler sur la vie.

Jean-Marie souligne que pour faire un récit de vie et en particulier un récit de vie diffusé en public, il faut qu'il y ait une confiance réciproque, c'est-à-dire : il faut que les personnes aient confiance en lui et que lui ait confiance en la personne. Souvent, cela suppose que l’interviewer soit engagé dans des liens de proximité avec des personnes vivant la précarité. Il n’est pas possible de s’improviser à la radio dans ce type de liens.

L’émission dure 27 minutes et elle est composée en trois séquences et deux interludes musicaux :

  1. d’abord la personne témoigne de son expérience de chute : « Que nommes-tu comme le lieu où tu es descendu le plus bas ? ». Ce n'est pas forcément un événement. Ça peut être aussi un regard sur soi.  La personne nomme quelque chose de sa chute dans ce qu’elle a de plus dramatique et de comment elle résiste dans ça. Suivi d’un interlude musical.
  2. puis la personne témoigne de son relèvement : « Qu'est ce qui te permet de tenir le coup, de ne pas descendre plus bas ? Qu'est ce qui a fait que tu ne sois pas descendu plus bas, au seuil de la mort ? ». Il s’agit que la personne nomme l’endroit de son gouffre et aussi le lieu de sa résistance, de son relèvement, à partir d’éléments concrets de reconstruction, ça ne peut pas rester théorique : la libération de la vie, ça se voit, ça transforme la personne et sa capacité de relation, et c’est cela que la personne est appelée à raconter. Suivi d’un interlude musical.
  3. finalement, à la fin de tout ce parcours de vie, Jean-Marie demande à la personne : « Quelle est ta Parole de vie pour demain, pour ceux qui t’écoutent ? ». Il s’agit alors pour la personne de dire une « Parole de vie », ce qu’elle voudrait dire comme parole de vie pour les auditeurs.

Jean-Marie souligne que la grande réussite de l’émission repose sur sept conditions.

  1. Jean-Marie choisit des personnes qu’il connait et qui sont engagées dans des relations.
  2. Jean-Marie sait ce qu’il attend du récit de vie et il s’y tient.

A la préparation, Jean-Marie dit à la personne que c'est lui qui coache l’émission, il veillera aux temps et ajustera les questions, il présente la construction en 3 temps de l’émission et les 2 pauses musicales. Cela met la personne en confiance.

Pendant la préparation, Jean-Marie relève les formulations qui lui paraissent vraiment importantes et il les note par écrit pour pouvoir relancer la personne avec ses propres mots durant l’émission.

Il leur demandait de venir avec deux morceaux musicaux qu’ils aiment. S’ils n’apportaient rien, la musique choisissait avec le régisseur dans la bibliothèque de musique de la régie.

  1. Jean-Marie privilégie un enregistrement dans les locaux de la radio avec le régisseur.

car le lieu fait prendre conscience tout de suite à la personne que sa parole va être importante et c'est extraordinaire l’impact que cela a sur les gens.

  1. Jean-Marie enregistre dans les conditions du direct pour un passage en différé.

Cela permet que la personne puisse dire que finalement, elle ne veut pas que ce soit diffusé, ou qu’elle puisse s’interrompre durant l’enregistrement de l’émission si besoin.

  1. Jean-Marie ménage un temps de préparation de 2 à 3 heures, en tête-à-tête avec la personne d’une manière conviviale et détendue plusieurs jours avant l’émission.

Jean-Marie, pendant la préparation, laissait la personne partir dans son témoignage, il notait très fidèlement ses mots, et à partir de ces notes, il pouvait relancer la personne durant l’interview.

  1. Pendant l’émission, Jean-Marie aide la personne à avancer dans son récit de vie.

En prenant appui sur la connaissance mutuelle et la confiance qui s’est renforcée durant la préparation. L’émission n’est pas la même chose que la préparation, souvent la personne va dire des choses différentes. L’émission est un champ de travail pour progressivement aider la personne à accéder à sa parole de vie et à pouvoir la nommer devant les autres.

Un point d’appui pour Jean-Marie est dans les techniques de reformulation, en reprenant les mots mêmes de la personne.

Jean-Marie insiste sur le climat accueillant, bienveillant et très respectueux envers l’autre.

  1. Après, Jean-Marie envoie l’émission à la personne pour qu’elle puisse l’écouter et la faire écouter.

Jean-Marie souligne qu’il y a une seule condition sine qua non pour vivre ce temps de récit de vie : c’est la confiance.

Laure Blanchon, osu

Ajouter un commentaire