La syro-phénicienne (Mc 7, 24-30)

Retrouvez la gestuation de la syro-phénicienne en vidéo et le texte explicatif détaillé ci-dessous.

 

 

La syro-phénicienne (Mc 7, 24-30)

Texte

24 >Se levant de là< >[Jésus] s’en alla dans le pays de Tyr.<
>Et entré dans une maison<

>il voulait que personne ne le sache<    >et impossible qu’il se cache.<
25  >Mais aussitôt< >une femme< >entendit parler de lui<

>sa petite fille< >avait un esprit impur<

>elle vint et tomba à ses pieds.<
26 >La femme était grecque syro-phénicienne de naissance.<

>Et elle lui demandait de chasser< >le démon hors de sa fille.<
 27 >[Jésus] lui dit<

     >« Laisse d’abord<

>les enfants< >être rassasiés<

>car il n’est pas bon<

>de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »<
 28 >Elle répondit et lui dit<

>« Oui Seigneur<

>et<

> les petits chiens sous la table< >se nourrissent des miettes< >des petits enfants. »<

29 >Et il lui dit<

>« Pour cette parole<

>va<

>le démon est sorti hors de ta fille. »<

30 >Et s’en allant dans sa maison<

>elle trouva<

>la petite enfant étendue sur le lit< >et le démon [était] sorti.<

 

Premières notes

Gestes

Se levant de là

LÀ : les mains désignent le sol au niveau des pieds.

[Jésus] s’en alla dans le pays de Tyr.

ALLER : une main (ou les deux) décrit un mouvement de soi vers le lointain ; puis elle désigne un point précis un peu plus haut.

Et entré dans une maison

ENTRER : les bras tendus vers le sol décrivent un mouvement vers l’avant.

il voulait que personne ne le sache

Poser un doigt sur les lèvres (chut) en regardant autour de soi.

et impossible qu’il se cache.

NEGATION : les avant-bras se décroisent.

Mais aussitôt

AUSSITOT : les mains se rejoignent rapidement par la tranche en coupant l’espace devant soi.

une femme

HUMAIN : l’avant-bras se dresse sur le côté, paume vers l’arrière.

entendit parler de lui

ENTENDRE : une ou deux mains sont en éventail aux oreilles.

sa petite fille

ENFANT : la main descend comme pour se poser sur la tête d'un enfant ; tout près de soi.

avait un esprit impur

Les poings fermés sont croisés sur la poitrine et tout le torse se recroqueville.

elle vint et tomba à ses pieds.

Le corps se projette en avant pour tomber à genoux.

La femme était grecque syro-phénicienne de naissance.

L’UN ET L’AUTRE : les mains désignent alternativement un côté puis l’autre.

Et elle lui demandait de chasser

INTERPELLER : les mains à hauteur des épaules ponctuent la parole ; dans une attitude de supplication.

le démon hors de sa fille.

A partir des poings fermés croisés sur la poitrine, les mains s’écartent vivement vers l’avant, les doigts ouverts. Puis se relever.

[Jésus] lui dit

PAROLE : les mains, paumes vers soi, remontent le long de la gorge et s’ouvrent pour accompagner la parole.

« Laisse d’abord

ATTENTION : geste de vigilance : une main se tient à hauteur des yeux, doigts levés.

les enfants

La main droite, paume vers le haut, décrit un arc de cercle vers la droite.

être rassasiés

Une main passe devant la bouche et descend le long de la gorge, l’autre main se pose sur le ventre.

car il n’est pas bon

NEGATION : les avant-bras se décroisent.

de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »

Se saisir de quelque chose sur la droite puis le jeter vers le bas à gauche.

Elle répondit et lui dit

PAROLE : les mains, paumes vers soi, remontent le long de la gorge et s’ouvrent pour accompagner la parole.

« Oui Seigneur

INTERPELLER : les mains à hauteur des épaules ponctuent la parole.

et

ATTENTION : geste de vigilance : une main se tient à hauteur des yeux, doigts levés.

les petits chiens sous la table

Le buste penché en avant, les mains, paumes vers le bas parcourent une surface basse.

se nourrissent des miettes

A partir du sol, porter les mains à la bouche rapidement et alternativement.

des petits enfants. » 

Le buste se redresse et la main droite, paume vers le haut, décrit un arc de cercle vers la droite.

Et il lui dit

DIRE : la main remonte le long de la gorge et accompagne la voix.

« Pour cette parole

PAROLE : les mains, paumes vers soi, remontent le long de la gorge et s’ouvrent pour accompagner la parole.

va

ALLER : une main (ou les deux) décrit un mouvement de soi vers le lointain.

le démon est sorti hors de ta fille. » 

DELIER : bras tendus vers l’avant, poings croisés et fermés, les mains se retournent vers l’intérieur, s’ouvrent et se lèvent.

Et s’en allant dans sa maison

ALLER : une main (ou les deux) décrit un mouvement de soi vers le lointain.

elle trouva

VEILLER : le buste légèrement penché, les mains sont ouvertes en avant des épaules.

la petite enfant étendue sur le lit

La main droite, paume vers le haut, décrit un léger mouvement horizontal devant soi puis s’arrête.

et le démon [était] sorti.

La main droite reste en place et la main gauche s’écarte, paume vers l’arrière.

 

Commentaires

Contexte

Ce passage se situe entre les deux multiplications des pains (Mc 6, 30-44 et Mc 8, 1-10) et avant la confession de foi de Pierre qui révèle l’identité de Jésus (Mc 8, 29).

Le chapitre 7 de Marc commence par une controverse entre Jésus et les pharisiens : il leur reproche d’abandonner la tradition de Dieu pour s’attacher à la tradition des hommes (v. 8 -16). Ensuite il enseigne ses disciples sur le pur et l’impur (v. 17-23). Puis ils partent pour Tyr où se situe l’action de ce texte.

A la fin du chapitre 7, Jésus continue son voyage vers la Décapole où il guérit un sourd à la parole difficile (v. 31-37).

Matthieu rapporte un récit similaire (Mt 15, 21-28).

 

Structure

Situation de départ (v. 24 – 26a)

            Jésus (v. 24)

            La femme (v. 25-26a)

            Dialogue (v. 26b – 29)

            Demande de la femme (v. 26b)

            Réponse de Jésus : sentence (v. 27)

            Argumentation de la femme (v. 28)

            Réponse de Jésus : annonce de la guérison (v. 29)

            Situation finale (v. 30)

Dynamisme

Le début et la fin de ce récitatif sont marqués par un geste de déplacement (ALLER), indiquant l’entrée dans une maison.

Les deux protagonistes du dialogue central sont caractérisés par des postures et des tonalités musicales différentes : Jésus, debout, mélodie haute, et la femme syro-phénicienne, au sol, mélodie plus basse.

Au cœur du dialogue, la réponse de la femme s’appuie sur la sentence prononcée par Jésus, à travers des gestes communs (ATTENTION, désignation des enfants) et des gestes différents (pain qui rassasie, se nourrir de miettes).

L’enjeu de ce dialogue est l'expulsion d’un démon. Celle-ci est manifestée de façon progressive :

- le corps est recroquevillé et crispé quand le démon est là (esprit impur) 

- le corps commence à se déployer dans un geste vif des bras vers l'avant dans la supplication de la femme (hors de sa fille) 

- à l’annonce de la délivrance, les bras se dénouent, le corps entier est libéré et retrouve vie (DELIER)

- en conclusion, les bras écartés soulignent la distance entre la fille et le démon.

 

Suggestions d’utilisation

En liturgie ce récitatif est utilisé pour

Il peut être proposé en lien avec les thèmes : Guérison/Délivrance, Prière.

Ajouter un commentaire