L'appel à la vie...

03/01/2017

Relecture des témoignages de Kalsang et Jamyang, immigrées tibétaines, par Milad Yacoub, frère assomptionniste, théologien.

L’appel à la vie…

Les témoignages de Kalsang et de Jamyang sont touchants. Malgré la détresse qu’ils dévoilent, les signes d’espérance ne manquent pas. L’avenir est envisagé avec lucidité et confiance. Ces deux jeunes femmes ne se laissent pas plonger dans l’angoisse, au contraire, elles veulent aller en avant. Leur tradition bouddhiste est bien affichée, elle leur donne une dimension de vie intérieure qui les aide à tenir bon. Sans transposer nos schémas de pensée chrétiens, la prière semble donner de la force pour dépasser les épreuves. Le lien entre la foi et l’espérance se confirme : l’acte de croire laisse envisager l’avenir d’une manière positive. Et puis, il y a la force de la conviction. La vie mérite bien d’être vécue, et cela est d’autant plus vrai quand celle-ci est orientée vers une cause, motivée par une vérité profonde.

Un thème qui ressort assez fort de ces témoignages est celui de la vulnérabilité. Ces deux femmes aspirent à vivre en sécurité. Elles ont fait un long déplacement pour demander une protection. Cela nous dit quelque chose de notre condition humaine fragile, et sans doute de la relation à Dieu. Sur le chemin de la migration, une force intérieure guide les hommes vers un lieu où ils se sentent mieux. C’est un appel à la vie qui est plus fort que les forces du mal et de la mort. C’est aussi un appel à la liberté. Dieu nous a créés libres, et pour cela, nous nous sentons fortement bouleversés à chaque fois que cette liberté nous est interdite. Kalsang et Jamyang ont fait cette expérience profonde de privation de liberté, et elles cherchent à ne plus la vivre.

Le dernier point fort est celui des liens. La famille semble une valeur importante dans ces deux témoignages. La volonté d’apprendre la langue du pays d’accueil montre aussi cette volonté d’être en lien avec d’autres personnes de la société d’accueil. Le désir d’être bien accueilli et de bénéficier d’une vraie hospitalité est au cœur de cette volonté d’être en lien. Des lieux chrétiens, comme la péniche qui accueille ces réfugiés, proposent cette hospitalité chrétienne au nom de Dieu et de l’Évangile qui nous appelle à nous aimer les uns les autres et à prendre conscience de notre appartenance à une même grande famille humaine.

© Crédits Photo : Fondation Jean Rodhain

Ajouter un commentaire