Texte lu lors de la célébration d'introduction à l'Université de la Solidarité et de la Diaconie

Pour l'Université de la Solidarité et de la Diaconie s'est constitué un "groupe comité de pilotage quart monde" pour travailler et contribuer à part entière à la préparation de l'université, notamment par l'écriture de ce texte.

Université de la Solidarité et de la diaconie (USD) – Lourdes 2017

Texte lu à l’introduction de l’université

Nous sommes plusieurs à nous engager depuis plus d’un an, issus de plusieurs diocèses, de mouvements et de groupes variés, pour préparer cette université.

De toute la France, et même de la Suisse, nous allons vivre un rassemblement de frères et de sœurs qui avancent sur la parole de l’évangile.

1. Nous allons vivre une Université : 

Notre université est un ensemble de groupes, de personnes pauvres et riches qui sont unies. Nous sommes Unis dans la Diversité.

L’être humain est très cher aux yeux de Dieu. Nous sommes la plus chère des créatures qu’il a créées, alors nous devons voir comment nous devons accueillir l’autre dans l’écoute et le respect.

Nous allons apprendre l’accueil de l’autre pour essayer ensemble d’aller dans un même chemin et voir ensemble la progression de nos parcours. Donc grandir ensemble, voir où en est le service des frères et essayer de grandir dans cet esprit.

Ce qui nous intéresse c’est d’être au courant de la vie du monde et de savoir de quoi on parle, ça n’est pas de devenir plus grand que les autres.

Nous allons APPRENDRE -  RETENIR - TRANSMETTRE aux autres qui ne sont pas là ce qui est important de vivre dans une diaconie. Nous voulons aussi apprendre à nos enfants à ouvrir leur cœur aux autres. Des fois on a des enfants qui ne comprennent pas ce que l’on fait.

Nous allons à la fois apprendre et partager nos expériences parce que la vie est un apprentissage de l’amour de l’autre tel qu’il arrive et tel qu’il vient.

UNIVERSITE : c’est un grand mot ! Le mot université nous dit l’UNIVERS ! Nous avons préparé pour nos petits groupes, pour l’Eglise,  mais aussi pour l’univers.

2. Nous allons vivre une université de la Solidarité :

La solidarité c’est rester solide et ne pas baisser les bras. C’est continuer à aider les pauvres pour la génération de demain et pour les générations qui viennent.

C’est donner- partager- servir - aider- défendre et surtout tenir dans la durée les engagements que l’on prend. Servir le frère, c’est le tenir dans la durée.

La solidarité c’est aider quelqu’un pour qu’il puisse à son tour rendre le service.  Apprendre le service du frère pour mettre les pauvres en avant.

Il y a aussi l’amour, se sentir aimé. Faire sentir à l’autre qu’on l’aime. Donner de la valeur à l’autre.

3. Nous allons vivre une université de la Solidarité et de la Diaconie :

La Diaconie c’est le service du frère. C’est plus dans la dimension chrétienne.

La Diaconie vient de la main de Dieu. Dieu élargit ses mains pour aller vers l’autre. La Diaconie c’est comprendre ce que Dieu nous demande, nous les croyants, parce qu’on croit en Lui. C’est se mettre à la suite de Jésus avec les pauvres.

On met souvent les pauvres dans des labyrinthes de désolation mais ils ont une grande spiritualité.

Le plus important ce serait d’aller vers les pauvres, que les plus pauvres aient la parole. Ils sont capables de dire beaucoup de choses. Ils ont beaucoup de choses à dire.

Dans nos églises il y a des pauvres, il y a des riches, il y a différents niveaux mais normalement il ne devrait pas y avoir de niveaux dans l’Eglise, on est tous égaux. Donc le dialogue est beaucoup plus facile et simple quand on devient tous égaux, quelque soit la nature de la personne.

En Conclusion :

La solidarité et la diaconie, c’est recevoir l’autre, rafraichir son corps et son cœur, lui donner ce qu’il a besoin : une oreille, une parole, un gîte, un couvert selon son besoin et selon nos moyens.

Dans notre entourage, des gens ont honte d’eux, ils croient qu’ils sont méprisés par les autres parce qu’ils sont pauvres. Ils ont peur qu’on se moque d’eux. Dans ce rassemblement, nous voulons que les pauvres ne se sentent pas humiliés et qu’ils comprennent qu’ils peuvent s’en sortir. Que tous ensemble on vive ce respect-là entre ceux qui sont instruits et ceux qui le sont pas…

Par la simplicité, le naturel, sans tapis rouge, sans préjugé… en valorisant toutes les personnes qui seront présentes.

Et en même temps, ça nous rappelle qu’on est tous des éternels endormis, on ne pense qu’à soi. On ne priera jamais assez pour se faire pardonner parce qu’en réalité on a des encombrants ; alors l’université ça va nous aider.

Ajouter un commentaire