Vidéo - J'ai grandi grâce à la parole que j'ai pu exprimer

Place et parole de pauvres en Provence Verte

Dans la définition et la mise en œuvre des mesures et des politiques conduites par les pouvoirs publics pour combattre la pauvreté en Provence Verte, les premiers concernés, les pauvres, ne sont jamais associés. Sans doute estime-t-on que la parole des experts est suffisante pour imaginer les réponses à apporter à la pauvreté et que la parole des pauvres, souvent en grande difficulté économique et sociale, peu formés et isolés, est de peu d’importance. Il semble aller de soi que les professionnels de l’action sociale sont les seuls qualifiés pour savoir répondre aux injustices et aux inégalités de notre temps et de ce territoire. Ce n’est pas la conception du Secours Catholique, ni de Provence Verte Solidarités-UDV, qui ont souhaité donner la parole à celles et ceux qui l’on n’entend jamais. Cet exercice difficile mais incontournable a été réalisé auprès d’une dizaine de volontaires du Secours Catholique du territoire en situation de précarité. Il été conduit avec beaucoup de respect envers des femmes et des hommes auxquels on ne demande jamais rien. Parler, s’exprimer, échanger ne vont pas de soi pour celles et ceux que les hasards de la vie ont conduit à des situations économiques, sociales et culturelles de grandes difficultés. Il faut beaucoup de pédagogie et de bonne volonté pour inciter ceux qui ont peu, et souvent rien, à s’exprimer. Pour certains d’entre eux, c’était la première fois qu’on leur demandait de parler, qu’on les considérer comme des citoyens.

Ajouter un commentaire