Un Français sur deux sera privé de vacances

En 2021 encore, la moitié des Français ne partiront pas en vacances, dont 3 millions d’enfants... En ces premiers jours d'été, C'est la chronique du jour, sur RCF, de Vincent Destival, délégué général du SCCF.

Fini le confinement ; fini le couvre-feu ; fini le masque en extérieur. Et chacun rêve de vacances normales. Des vacances pour retrouver avec ses proches. Des vacances encore plus nécessaires après cette année éprouvante. Et pourtant… Encore faut-il pouvoir se le permettre. Partir en vacances a un coût : le transport, l’hébergement, la nourriture et puis aussi les activités estivales et les petits plaisirs surtout pour les enfants. Un coût que beaucoup de personnes ne peuvent pas s’accorder. Cette année encore, 50 % des Français, dont 3 millions d’enfants, ne pourront pas partir.

Depuis sa création, comme d’autres associations, le Secours catholique agit et se mobilise pour permettre à des enfants et des familles de partir en vacances ; pour que tous aient accès à ces moments qui donnent des forces et font du bien. Ils seront cet été plus de 3 000 à pouvoir le faire avec notre soutien : 1 200 enfants seront accueillis dans une famille de vacances ou dans les camps. 2 000 personnes pourront se retrouver en famille pendant une à deux semaines en village vacances, gîte ou camping.  

Et voici le témoignage d’Atilio, un enfant de 15 ans : "Cela m’a apporté du bonheur et de la joie. Je me suis fait beaucoup d’amis. En plus, ça m'a permis de faire des progrès en français. J'ai passé un très bon été qui me permet de faire une bonne rentrée scolaire avec un bon moral." 

Familles d’accueil 

Je pense d’abord à tous ces enfants qui auront des histoires à raconter lors de la rentrée scolaire ; des enfants qui pourront dire leur fierté que leurs parents aient pu leur permettre de partir en vacances, seul ou avec toute la famille. Des enfants qui pourront se sentir "comme tout le monde". Des enfants qui se sentiront moins exclus.

Je pense aussi à ces familles qui ont vécu cette année dans leur petit appartement, dans leur chambre de centre d’hébergement. Sortir de ce quotidien le temps d’une semaine aide aussi à se sentir mieux tout au long de l’année ; à aller de l’avant malgré les difficultés. Il y a aussi ces familles qui peuvent ainsi renouer les liens familiaux, prendre du temps, partager des repas.

Alors un grand merci à tous ceux qui se mobilisent pour offrir ces moments de bonheur. Merci à nos partenaires de l’ANCV ou de l’UCPA. Merci à toutes ces familles qui accueillent chez elle un enfant pour quelques semaines. Et si vous aussi vous essayiez ?

Source : RCF

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.